CCI Savoie – Ecole de Commerce : la responsabilisation


Interview extraite de l’article de la Fondation IFRAP : Écoles de commerce : la réussite de la responsabilisation.

Fusion de l’École Supérieure de Commerce de Savoie Chambery avec l’INSEEC

Interview de Monsieur René Chevalier, Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de la Savoie, Président de la fédération du BTP de Savoie

Fondation iFRAP  : Quelles motivations vous ont-elles fait envisager la fusion de votre École de commerce avec un autre établissement ?

René Chevalier  : La responsabilité d’une Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) est de favoriser le développement des entreprises de son département, dans un environnement national et international très mouvant. Dès mon élection à la tête de la CCI, je me suis demandé si cet établissement d’enseignement apportait bien toutes les aides possibles et souhaitables aux entreprises de ma région. Chaque « pays » a des particularités fortes, et c’est très vrai pour la Savoie qui ne compte que 400.000 habitants mais est mondialement connue au moins pour ses stations de sports d’hiver. La moitié de sa production provient du tourisme. J’ai donc estimé que la synergie avec d’autres partenaires, offrant aux étudiants et aux entreprises des formations plus variées et plus internationales, serait bénéfique pour l’économie de la région et attirerait des étudiants de toute la France.

Fondation iFRAP  : Comment avez-vous fait pour vous décider à franchir le pas ?

 

René Chevalier  : Cela a été simple : il s’agit d’une décision de chef d’entreprise. La satisfaction d’être seul maître à bord de cette École passait nécessairement après celle de voir cet établissement se développer et être utile au département.

Fondation iFRAP  : Comment cette fusion se traduit-elle sur le plan financier ?

René Chevalier  : La CCI finançait régulièrement une partie du déficit de l’ESC pour un montant de 1 à 3 millions d’euros suivant les années. Sur les trois prochaines années, la subvention sera progressivement supprimée. Dès 2013, l’INSEEC paiera un loyer pour l’occupation des locaux.

Fondation iFRAP  : Pourquoi avoir choisi l’INSEEC et pas la Grande école d’une autre Chambre de Commerce comme le font beaucoup d’autres CCI ?

René Chevalier  : Pour trois raisons. Par son ancrage fortement international, l’INSEEC était un excellent candidat. Mais aussi par sa spécialisation dans les formations et le conseil sur les marchés du luxe. Les stations de ski de Savoie sont leaders mondiales dans ce créneau mais doivent en permanence s’améliorer. Enfin et surtout, c’est la convergence de vues avec Catherine Lespine, Directrice générale de l’INSEEC, qui a été décisive. J’ai rapidement eu la conviction qu’elle-même et son équipe feraient le maximum pour faire progresser l’ESC Chambery Savoie.

Fondation iFRAP  : Comment cela a-t-il été perçu par le personnel de l’École ?

René Chevalier  : Les salariés ont en effet dû changer de statut, n’étant plus salariés de la CCI mais d’une association de gestion de l’École. Nous avons passé beaucoup de temps à expliquer le projet, et la quasi-totalité des salariés ont accepté de changer de statut, convaincus que la nouvelle structure offrait de nouvelles perspectives de carrière. Quelques salariés proches de la retraite ont logiquement choisi de conserver leur ancien statut.

Fondation iFRAP  : Avez-vous abandonné tout lien avec cette école ?

René Chevalier  : Non pas du tout. La CCI reste au Conseil d’administration de l’association qui gère l’École et compte coopérer avec les dirigeants de l’NSEEC, notamment pour exprimer les besoins des entreprises du département.

 


Magazine spécial destiné à ce partenariat

Avec les interventions de :
– Catherine Lespine, Directrice Générale du Groupe INSEEC,
– Edgard Girard, Directeur du Programme Grandes Ecoles INSEEC