Edito BTP Février – Mars 2017


Paris est la capitale de la France mais
ce n’est pas la « matière première de nos métiers »


carre-rene-chevalier-president-cci-savoie-btp-federation-portrait-france-française-bâtiment-travaux-publics

L‘ambiance générale qui règne autour de la future présidentielle est désordonnée, pour ne pas dire cacophonique.
Qui est qui, qui fait quoi, nous sommes spectateurs d’un match sans règles, sans limites, et duquel personne ne ressortira ni gagnant ni perdant.
Cela est d’autant plus inadmissible quand des dossiers cruciaux pour notre profession stagnent auprès de ministères fantômes et se languissent d’être étudiés.
Au regard des actualités politiques, il ne s’agit plus de « Reconstruire la France » pour les hommes et les femmes du BTP, il s’agit plutôt aujourd’hui de la CONSTRUIRE.
Il s’agit plutôt de lui rendre grâce à notre savoir faire ancestral ses FONDATIONS.
Paris est la capitale de la France certes, mais elle n’est pas pour autant la « matière première de nos métiers ».
Le coeur, et les poumons d’un tiers de notre puissance économique française c’est vous, les dirigeants d’entreprises du bâtiment et des travaux publics.
Malgré les graves difficultés auxquelles vous avez dû faire face depuis la crise, vous avez su en Savoie, préserver et sauver l’essentiel et ce avec vos propres moyens, vos équipes et le soutien indéfectible de votre fédération départementale.
Nous avons une capacité de mobilisation remarquable pour défendre les intérêts de nos professions.
Nous avons les clefs et les solutions à apporter pour relancer notre secteur, et ce pour l’ensemble des domaines concernés. Nous avons la connaissance et l’expérience quotidienne du terrain au niveau départemental, une base essentielle qui est aujourd’hui trop peu écoutée par le national.
Les grandes agitations en vue des présidentielles n’apportent rien de concret, et le futur des mesures à mettre en place pour relancer la construction est incertain.
Je vais continuer à préserver nos entreprises des effets néfastes de la situation actuelle et je défendrais vos intérêts contre toutes les injustices et les difficultés.
Quelque soit le combat et son aboutissement, m’engager avec vous tous et toutes mes côtés sera toujours une victoire.

Merci pour votre confiance,
René Chevalier